Avertir le modérateur

16 décembre 2007

Ségolène le retour

e6a1ef73e6e0b0b288a43d0490b9983f.jpgA l'occasion de la sortie de son ouvrage "Ma plus belle histoire c'est vous", Ségolène Royal a fait, ces dernières semaines, un retour autant orchestré que remarqué à la une des magazines, sur les plateaux de télévision et même sur la scène du théâtre du Rond-Point pour un débat organisé par le journal Le Monde.

Comme sans doute la plupart d'entre vous (et des journalistes ?), je n'ai pas lu le livre de Ségolène Royal dans son intégralité; j'ai pris seulement connaissance des larges extraits publiés dans la presse.

Même si le mélange entretenu par l'ancienne candidate socialiste entre analyse politique et confessions intimes (encore que celles ci soient très limitées) peut irriter, la démarche de Ségolène Royal était à la fois légitime et nécessaire. Légitime qu'après l'intense production litterraire le plus souvent à charge, l'ex candidate puisse faire directement entendre son point de vue. Nécessaire aussi pour essayer de tirer les leçons de cette nouvelle défaite.

A cet égard, Ségolène Royal fait ici preuve d'un certain courage et d'une certaine lucidité. Courage et lucidité qui ont, faut-il le rappeler ?, singulièrement manqué à un Lionel Jospin, toujours incapable à ce jour de faire une analyse juste des raisons de son échec.

On pourrait évidemment juger que l'ex candidate ne va pas assez loin dans l'analyse et la reconnaissance de ses propres erreurs ou insuffisances. Mais il serait tout aussi faux de considérer cet ouvrage comme un simple plaidoyer prodomo - ce qu'il n'est pas - ou une simple mise en accusation des éléphants du ps - ce qu'il n'est pas seulement. Certes, les passages sur les causes du succès du "système Sarkozy" sont sans doute plus convaincantes que celles sur les raisons de la défaite de la candidate socialiste. Mais l'autocritique est suffisamment rare en politique pour être appréciée à sa juste valeur.

Quoi qu'il en soit, l'ouvrage aura visiblement rempli l'essentiel de sa mission : replacer Ségolène Royal au coeur du débat politique à gauche. Une nécessité pour celle qui en restant fidèle à sa promesse de non cumul des mandats, s'est privée d'une utile tribune à l'Assemblée.

Reste, pour l'avenir, à trancher encore de nombreuses questions. La première est celle de son implication dans la vie interne du parti socialiste. Ségolène Royal veut-elle et doit-elle ou non en prendre la tête ? A ce stade, aucune réponse n'apparaît d'évidence. Y aller, c'est prendre le risque d'engager de façon prématurée le duel Royal / Delanoë  que les médias nous annoncent déjà comme inévitable. Un duel qui pourtant n'a pas grand sens puisqu'il ne reflète guère les clivages idéologiques existant au sein du parti socialiste et conduirait à des positionnements purement tactiques. Pari d'autant plus risqué qu'une majorité est loin d'être acquise à Ségolène Royal au sein du PS. Mais ne pas y aller c'est également prendre le risque d'être durablement marginalisée et, au final, écartée du leadership socialiste. A moins d'imaginer, comme le suggère notamment Arnaud Montebourg, une direction du PS clairement déconnectée de la candidature à la prochaine présidentielle, laquelle ferait l'objet d'une investiture sous la forme de "primaires" largement ouvertes aux militants et sympathisants de la gauche toute entière. Une hypothèse séduisante mais qui comporte un danger : celui de donner le sentiment d'un parti décidément incapable de trancher.

L'incapacité à trancher c'est bien ce qui paralyse le PS depuis de nombreuses années. C'est sans doute ce qui a privé Ségolène Royal d'une possible victoire. Car la candidate elle même a souvent semblé hésiter tout au long de la campagne entre donner des gages au parti et s'en affranchir complètement. Ceci au détriment de la clarté de son discours.

J'ai déjà dit ici qu'il était prématuré de refermer la "parenthèse Royal" comme la qualifient certains. A bien des égards, les premiers pas du président Sarkozy on validé les préventions émises par la candidate socialiste sur les risques de blocage que la méthode Sarkozy fait courir à terme à la société française. Sur la nécessité d'une véritable refondation de la démocratie sociale, sur la priorité à donner à l'éducation et à la recherche, sur l'exigence d'un Etat impartial et d'un ordre juste, sur la défense du pluralisme, les propositions avancées par l' ex candidate sont toujours d'une criante actualité. Encore faut-il qu'au delà des slogans et des intuitions justes, Ségolène Royal se montre capable, dans les mois à venir, de leur donner corps et crédibilité. On en est loin...

Commentaires

@ nicolas delaunay

Étonnante, votre analyse est d'une lucidité incroyable !

De toute évidence la parti - les militants socialistes - ont besoin d'un leader. Ils ont trois présidentielles perdues dans les dents avec Hollande qui est en partance...

Je suis contre l'idée d'une "direction collegiale" qui serait là pour deux ans. Non ! Il faut tout de suite quelqu'un à la tête chargé de donner le cap sous risque de naviguer à vue pendant deux ans, avec chacun jouant sa partition de son côté et rendant du même coup le discours du PS - encore et toujours - inaudible aux yeux des français.

Que Royal qui - à lire la presse - a prevu de parler du PS "en janvier" prochain annonce la couleur. Et Delanoë s'il veut en découdre avec elle, le fasse savoir après sa probable réelection à Paris. Au moins les choses seront-ils plus claires !

Que les idées, les intuitions, de Royal pendant la présidentielle soient encore d'actualité n'est pas à contester. Reste à affiner.

Royal et Delanoë ne sont pas loin de penser la même chose sur nombre des sujets même si leur approche respective est très diférente. Delanoë a encore, pour moi, à faire savoir sa différence, ses idées personnelles.

Mon vote eventuel entre les deux se fera donc sur un critère simple: le parcours politique. C'est bien de se côté que Délanoë pêche: il n'a jamais eu aucune fonction nationale au contraire de celle présentée comme sa rivale qui a quand même une expérience présidentielle vécue (avec une certaine connaissance de la sociologie française), une expérience de minitre (3 fois), Conseillère à l'Élysée. Plus une expérience de présidente de région.

C'est dire donc que je pencherai naturellement pour Royal en cas de vote sur bases de ces critères objetifs...

Écrit par : Gregory | 16 décembre 2007

C'est un bon article. Factuel. Sans intention de nuire, ce qui est trop rare pour ne pas le souligner.

Aussi bien Bertrand Delanoë, que Ségolène Royal ont largement démontré que dans les fonctions qu'ils ont occupées, ont agi brillamment pour le bien de tous. Ils continuent à le faire, elle, comme présidente d'une vaste région de France et lui, comme maire de Paris.

En plus, leur attitude réciproque n'est aucunement hostile. Ni Ségolène Royal, ni Bertrand Delanoë n'ont manifesté d'animosité. Ils défendent le plus souvent des valeurs très proches et se retrouvent, côte à côte, dans les mêmes combats. Delanoë, à ma connaissance, à la différence de certains, n'avait pas été déloyal à la candidate du PS.

Alors, je crois que ce serait un bonheur pour eux et pour tous les autres, qu'il n'y ait pas cet affrontement annoncé. Ils peuvent aussi se parler et pousser ensemble dans la même direction... Ce serait une excellente nouvelle pour le PS et pour eux- mêmes.

Mais vous verrez si je n'ai pas raison, les médias vont maintenant s'employer à enfoncer un coin conflictuel entre Ségolène Royal et Bertrand Delanoë. Tout comme, ils ont tenté par tous les moyens de le faire entre le PS et sa candidate à la présidentielle.

Écrit par : Elysium | 17 décembre 2007

j'ai lu en entier le livre de Ségolene Royal et continue à la soutenir à fond pour la suite
Sarko y'en a marre et il montre bien que Me Royal avait raison presque sur toute la ligne
j'ai apprécié votre article

Écrit par : dilecta | 17 décembre 2007

Très bonne analyse cher camarade ! Appréciable, neutre, sans préjugé ! Heureux de noter qu'il reste des camarades qui ne prennent pas 100 % parti pour un fabius, un DSK ou encore un Montebourg... Il y a des choses bien et d'autres moins à piocher partout ! Il y a aussi des milliers de militants qui ont aussi envie de se faire entendre ! Affaire à suivre... Alexandre B.

Écrit par : Alexandre | 05 janvier 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu