Avertir le modérateur

03 janvier 2009

Alex Lutz : enfin un bon one man show

alex-lutz.jpgRetenez bien son nom, par ailleurs imprononçable, car ce garçon a du talent. Beaucoup de talent.

Quand la plupart des one man show sur la place de Paris nous désolent ou nous consternent, voici une véritable et revigorante découverte. Ce jeune homme au physique impeccable sait y faire pour capter, dès les premières secondes, l'attention du public et ne jamais la relâcher tout au long de la bonne heure que dure le spectacle.

Sans jamais surjouer - détestable défaut d'un grand nombre de ses congénères - Alex Lutz fait défiler une épatante galerie de portraits avec beaucoup de drôlerie, de finesse et de fluidité. Etonnant comme à partir de son physique presque lisse de gendre idéal, il parvient à camper, d'une seconde à l'autre et avec une remarquable économie de moyens, des personnages aussi divers que le vieillard subclaquant, l'ado tête à claque ou la députée faussement humaniste.

Bref, voilà en ce début d'année, un spectacle bien agréable à courir découvrir au Point Virgule à Paris.

07 décembre 2008

Enfin une arme antidéprime !

museehaut.jpgOubliez la crise, son avalanche de mauvaises nouvelles et de prévisions plus pessimistes les unes que les autres...

Ruez vous, si vous ne l'avez pas déjà fait, dans ce désopilant Musée haut - Musée bas sans doûte un des meilleurs films de l'année !

Adapter une pièce au cinéma s'avère un exercice souvent perilleux. Mais le pari de Jean-Michel Ribes est ici pleinement réussi gâce à une mise en scène particulièrement inventive. Du coup, on échappe aux désastreux films à sketches pour une création à la fois drôle et fluide.

La brochette d'acteurs, de Michel Blanc à Valérie Lemercier en passant par André Dussolier ou Fabrice Luchini tous plus brillants les uns que les autres, n'est évidemment pas pour rien dans la réussite du film. Mais c'est d'abord des dialogues et des situations, charges ravageuses contre le culturellement correct, dont on se délecte. On en redemande !

20 septembre 2008

Voir quand même La possibilité d'une île

possibilitéîle.jpgEntre la critique presque unanimement assassine et la réputation définitivement sulfureuse de l'auteur-réalisateur, voir quand même La possibilité d'une île passerait vite pour du snobisme.

A moins d'être tout simplement curieux et de vouloir se faire sa propre opinion face à cet o.c.n.i. (objet cinématographique non identifié) de la rentrée.

Résultat : un film incontestablement raté mais qui paradoxalement se laisse voir sans déplaisir, à condition de renoncer à tout comprendre, d'oublier ses évidentes lourdeurs et de se laisser aller à son étrange ambiance.

Servie par quelques excellents acteurs et des paysages d'une fascinante beauté, cette déroutante possibilité d'une île échappe ainsi au fiasco annoncé, se révélant comme une oeuvre expérimentale au goût d'inachevé, à la fois baroque et bancale. De quoi devenir un film culte ? Pas si impossible...

07 août 2008

Etonnante Galleria Continua

1873985999.jpgDéfricher des terra incognita pour l'art contemporain, c'est un peu la vocation de la Galleria Continua qui après San Gimignano en Italie et Pékin en Chine, a déposé ses valises l'automne dernier en plein coeur de la Seine-et-Marne, à Boissy-le-Chatel très exactement, à côté de Coulommiers.

A une heure de la capitale, en pleine campagne, la gallerie a ainsi pris possession d'une ancienne usine désaffectée qui offre, sur plusieurs milliers de mètres carrés, un extraordinaire lieu d'exposition pour des artistes de renommée internationale comme Michelangelo Pistoletto, Lucy et Jorge Orta ou bien encore Daniel Buren. Ce dernier, fidèle à sa démarche de travailler sur des oeuvres in situ, a réhabillé une partie de l'usine avec ses désormais célèbres vitraux colorés.

Les vastes espaces et les généreuses hauteurs de plafond de ce site exceptionnel se prêtent particulièrement aux installations spectaculaires comme celle de l'artiste chinois Liu Janhua et son étonnant crash aérien !

N'hésitez donc pas à découvrir cette étonnante Galleria Continua, preuve s'il en était encore besoin qu'il y a une vie après le périph !

06 août 2008

Décevant Wall-E

180612884.jpgA en croire les critiques à peu près toutes élogieuses, on s'attendait quasiment à un conte philosophique sur les abus de la société de consommation et l'impérieuse nécessité d'agir pour sauver la planète de la dévastation climatique.

Las, le dernier opus des studios Pixar fait davantage penser à une bluette mièvre dégoulinant de bons sentiments, dans la plus pure tradition Disney.

Mais qu'est-ce qui a bien pu enflammer les passions à ce point, jusque à se faufiler dans le débat présidentiel américain ? Sans doute pas le scénario, réduit à une love story post-climatique entre deux robots, ni même le message dispensé aux spectateurs - au fait, de quel message parlez-vous ? Et ce n'est pas la référence, plutôt lourdingue, à 2001 l'Odyssée de l'espace qui y change quoi que ce soit.

Heureusement, demeurent la qualité et l'inventivité des graphismes, mêlées à quelques jolies trouvailles, qui font de ce Wall-E tout au plus un agréable divertissement.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu