Avertir le modérateur

12 avril 2007

De l'égalité des temps de parole

medium_csa.jpgDepuis lundi dernier, date d'ouverture de la campagne officielle, une nouvelle polémique fait rage et agite le petit monde politico-médiatique. Il ne s'agit ni de la situation au Darfour, ni de la réalité des chiffres du chômage ou de la délinquance, ni même des propos récents de Nicolas Sarkozy sur le caractère génétique de la pédophilie, autant de sujets aussi vite zappés qu'abordés, mais de la grave question de l'égalité des temps de parole des douze candidats au premier tour de l'élection présidentielle.

En simple citoyen, vous vous dîtes qu'imposer, pendant les quinze derniers jours de la campagne, une stricte égalité de traitement entre les différents candidats en présence apparaît comme une évidence démocratique pleine de bon sens, surtout après des mois de matraquage autour des seuls deux ou trois "grands" candidats autodésignés. Sauf que vous n'êtes qu'un pauvre simple citoyen auquel échappent bien des subtilités. En vérité ce principe n'est, au mieux, qu'une triste mascarde, au pire, un grave danger pour notre démocratie. Vous êtes sceptique ? C'est pourtant ce qu'affirment cette semaine plusieurs de nos éminents commentateurs qui ont pris leur baton de pelerin pour dénoncer cette grave et déplorable situation. 

Christophe Barbier, directeur de la rédaction de l'Express n'hésite pas une seconde sur son blog : pour lui, "rare sont les dispositions législatives plus idiotes que la règle instaurant l'égalité absolue de temps de parole et de temps d'antenne entre les candidats à la présidentielle". Et de qualifier cette période de "temps mort" dûe à une "méthode stupide".

Profitant d'une de ses multiples chroniques, Alain Duhamel fustige également dans Libération "l'absurde réglementation du CSA" accusée selon lui de contribuer au triomphe de la "démocratie d'opinion" dénoncée avec constance par notre politologue depuis le début de cette campagne.

D'ailleurs, souligne le quotidien dans son édition du 9 avril, cette réglementation très stricte figure une fois de plus au rang des "exceptions françaises" observée avec amusement et ironie par les journalistes étrangers. Or qui dit "exception" dit généralement "insupportable ringardise à abandonner d'urgence" dans le vocable journalistique de la pensée unique. Et Renaud Dely de fustiger également le "système absurde" mis en place par le CSA dans son éditorial.

Il y a même des blogueurs pour dénoncer sur agoravox une "démagogie égalitaire". Surprenant qu'on ne nous ait pas gratifié du terme "populiste" si souvent utilisé, à tort et à travers, ces dernières années pour disqualifier tout ce qui dévie un tant soit peu de la pensée légitime... mais en cherchant un peu, sait-on jamais.

Je reste pour ma part stupéfait devant cet amoncellement de critiques, largement unanimes, de la part du corps journalistique face à ce que je considère comme une règle fondamentale et nécessaire à tout débat démocratique, digne de ce nom. Qu'un tel principe soit ainsi mis en cause traduit bien, à mon sens, le terrible déni démocratique dans lequel s'est installée toute une partie de ce qu'on appelle les "leaders d'opinion". Est-il aussi insupportable à ces bien-pensants que pendant 15 petits jours nous puissions entendre des propos aussi différents que ceux d'Arlette Laguillier, de Philippe De Villiers, d'Olivier Besancenot ou de Frédéric Nihous ? Ces propos, parfois baroques, souvent radicaux, menaçent-ils à ce point notre démocratie qu'ils ne devraient pas avoir voix au chapitre ne serait-ce que tous les 5 ans ?

Ou alors, qu'on aille jusqu'au bout de la logique que sous-tend ce type de réactions, qu'on dise clairement qu'on veut empêcher l'expression de ces courants d'opinion que sont le troskisme ou le souverainsime et que l'on supprime le 1er tour de l'élection présidentielle ! On en arrivera alors à ce que bien des observateurs appelent de leurs voeux en vérité : le bipartisme. Mais ce serait, je crois, au prix d'un nouveau et profond rejet de la politique de la part de plus en plus de citoyens. Quel mépris de la diversité et du pluralisme qui devraient pourtant animer ces honorables plumes, lesquelles n'ont par ailleurs de cesse de crier à la défense de la liberté de la presse. Mais de quelle liberté s'agit-il au fond ? De celle des journalistes eux-mêmes ou de quelques censeurs seuls habilités à faire le tri entre bons et mauvais, petits et grands candidats ? Liberté au nom de laquelle Arlette Chabot impose d'inviter Nicolas Sarkozy au journal de 20 heures de France 2  juste avant cette période d'égalité parfaite ou qu'elle lui déroule le tapis rouge pendant 3 heures dans "A vous de juger", là aussi juste avant que ne s'ouvre une période de contrôle par le CSA des temps de parole ?

Je ne crois pas qu'en cette période de concentration inédite de la presse nationale et régionale aux mains de quelques grands groupes industriels, la liberté et le pluralisme soient des valeurs si bien ancrées que nous puissions nous dispenser de ces 15  jours d'égalité absolue. Je suis même sûr du contraire. N'en déplaise à ceux qui nous expliquent que , ce faisant, la démocratie est en danger !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu